Se perdre en Islande pour découvrir l’exceptionnel

15 juin 2015, In: Europe, Islande, Voyages

Lieu: HjörleifshöfðiIslande

0

Un voyage, c’est finalement comme un volcan islandais, c’est imprévisible. Avant de démarrer notre road-trip en Islande, nous avions pourtant bien préparé notre itinéraire. Malheureusement, une route impraticable va chambouler notre programme et pire encore va faire apparaître des tensions dans le groupe.

Début de journée

C’est sous le soleil qu’elle débute. Nous avons encore en tête les images des aurores boréales que nous avons aperçues la veille. Nous nous mettons rapidement en route pour ne pas perdre une miette de ce ciel bleu. Nous quittons la côte pour nous engouffrer à l’intérieur du pays avec l’espoir de découvrir la vallée de Thórsmok, une vallée glaciaire particulièrement appréciée des Islandais.

Malheureusement, notre voiture en décide autrement. Une route que nous devons emprunter ne semble pas praticable. Nous franchissons péniblement les premiers mètres avant de patiner (malgré nos quatre roues motrices) en haut de la première côte. Nous décidons avec regret de rebrousser chemin. Mais pour aller où ?

Dans la voiture, nous nous lançons dans de grands débats. Munis de nos cartes et de nos GPS, nous essayons de trouver un plan B. Malheureusement, les esprits s’échauffent. Nous ne sommes pas tous sur la même longueur d’onde. Le clan des conducteurs (auquel j’appartiens) contre le clan des passagers. Les premiers ne souhaitent plus passer des heures à essayer de rouler sur des routes glacées et les seconds souhaitent le contraire. C’est le moment où je commence à bouillonner comme un volcan. Je sors de la voiture pour éviter une éruption de colère.

Respiration, expiration

Ah, mais c’est drôlement joli ! Regardez ces chevaux, ils semblent si paisibles.

paysage-islande

Et cette église qui illumine le paysage. Il n’y a pas de place pour la colère ici.

eglise-islande

Je rentre dans la voiture, nous trouvons un compromis et nous retournons sur la route principale du sud de l’Île sans but précis mais avec une volonté commune: sortir de la voiture au plus vite et profiter du soleil pour déjeuner.

Une impressionnante découverte

Dans les environs de Vík, nous tentons notre chance en suivant un panneau indiquant une attraction touristique. Nous ne sommes pas déçus. Devant nous, un imposant rocher qui s’impose comme une évidence pour notre casse-croûte du midi.

Cette curiosité de la nature nous fascine. Un bout de sandwich en bouche, nous découvrons l’histoire de ce promontoire rocheux. Hjorleifshofdi, c’est son nom, serait le résultat d’une éruption sous-marine intervenue il y a bien longtemps lors de la période glacière. Du haut de ses 221 mètres, il aurait surplombé l’océan avant que la lave du volcan Katla l’éloigne de plus en plus de l’eau. Aujourd’hui, plus de deux kilomètres séparent ce géant de l’écume de la mer.

HJORLEIFSHOFDI-islande

Nous partons à sa découverte. Nous le contournons accompagnés par des centaines d’oiseaux qui peuplent cette montagne volcanique. C’est une drôle de sensation que de se retrouver ici. C’est un paysage que nous n’avions jamais vu auparavant. Le verbe « dépayser » prend tout son sens.

trek-islande

Un peu d’histoire

En 874, deux frères adoptifs s’approchèrent de l’île pour s’y installer. Malheureusement, un orage éclata juste avant leur arrivée et obligea les deux bateaux à accoster à deux endroits différents. Les deux frères passèrent l’hiver séparés avec l’espoir de se retrouver au printemps. L’un d’entre eux installé sur ce promontoire rocheux fut assassiné par ses esclaves avant l’arrivée des beaux jours. On aurait presque l’impression de l’apercevoir dans cette grotte dans laquelle nous nous sommes engouffrés.

viking-islande

La montagne porte aujourd’hui son nom, Hjorleifshofdi

Entre montagne et océan

Nous nous éloignons pour rejoindre la mer. Un long chemin nous attend. Nous voulions quitter la voiture pour nous dépenser. Voici nos voeux exaucés ! Nos pas témoignent de notre présence dans un paysage qui devient lunaire. Le sol noir est jonché de squelettes d’oiseaux comme pour nous rappeler que la nature peut-être ici hostile.

HJORLEIFSHOFDI-montagne

À notre arrivée au bord de l’océan, nous restons sans voix. Sa force appelle au respect et à l’admiration. Des vagues puissantes viennent s’écraser sur le sable noir. Imaginez leur rencontre avec les coulées de lave qui ont forgées ce terrain.

HJORLEIFSHOFDI-ocean

Nous restons ici plusieurs dizaines de minutes à observer cette plage aux antipodes de celles qu’on connait déjà. Ici, pas de sable blanc, pas de cocotier et surtout pas une eau à 27 degrés !

blogeur-voyage

Finalement, se perdre, c’est toujours appréciable. Il n’y a rien de mieux que l’imprévu, surtout quand celui-ci vous mène dans des endroits comme celui-ci, des endroits qui n’apparaissent pas dans les guides touristiques.

Informations pratiques :

– un parking se situe au pied du promontoire rocheux
– un panneau indique les parcours de randonnée à effectuer autour et sur le rocher

Partagez :
    There are no comments yet. Be the first to comment.

    Leave a Comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Philippe

    Blogueur majeur et journaliste vacciné. Ceci est mon panneau d’affichage libre. Posters de voyage, billets d’humeur et post-it en tout genre.

    Suivez-moi

    RSS
    Facebook
    Twitter
    YOUTUBE
    INSTAGRAM